Logo ARS


La santé en hiver : recommandations de l'ARS

Le grand froid, comme la canicule, constitue un danger pour la santé de tous et particulièrement celle des personnes les plus fragiles.
Dans notre région, les températures les plus basses de l'hiver surviennent habituellement en janvier et février. Mais des épisodes précoces (en décembre) ou tardifs (en mars ou en avril) sont possibles.
C'est pourquoi l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes souhaite rappeler les conseils santé, les bons gestes de prévention à acquérir et l’offre de soins proposée pour bien profiter de l’hiver.

Se protéger des virus de l'hiver

Sont principalement en cause :
- les virus respiratoires :
responsables de rhumes, rhinopharyngites, grippes saisonnières, bronchites et bronchiolites chez l’enfant ;
- les virus responsables de gastro-entérites, avec pour risque principal la déshydratation des nourrissons, des jeunes enfants et des personnes âgées.

Les bons réflexes = les gestes "barrière"
- Se laver les mains plusieurs fois dans la journée
- Se couvrir la bouche dès que l’on tousse
- Utiliser un mouchoir en papier à jeter dans une poubelle fermée tout de suite après usage
- Si l’on est malade, porter un masque chirurgical pour éviter la diffusion des microbes
- Aérer son logement chaque jour
- Penser à la vaccination antigrippale

Chiffres clés 2015
- 344 000 consultations pour syndrome grippal
- 60 épisodes de cas groupés d'infections respiratoires aigües en Ehpad signalés à l'ARS
- Les bronchiolites représentent 47 % des hospitalisations « toutes  causes » des enfants de moins de 2 ans
- 150 foyers de gastro-entérite aigüe en Ehpad signalés à l’ARS

« Si vous tombez malade, consultez votre médecin traitant en priorité. En dehors des horaires d’ouverture des cabinets médicaux ou en cas d’urgence, il est recommandé d’appeler le Samu en composant le 15. »

> En savoir +

Éviter les intoxications au monoxyde de carbone

Les intoxications au CO sont un des effets indirects majeurs des vagues de froid. Elles sont principalement dues au dysfonctionnement d’appareils de chauffage, à une utilisation inappropriée d’un moyen de chauffage d’appoint ou d’un groupe électrogène, ou encore lorsque les aérations du logement sont obstruées.

« Les premiers signes d'intoxication (maux de têtes ; nausées ; confusion mentale) sont le seul moyen de suspecter sa présence ! Or, la majorité des personnes intoxiquées ne pensent pas au CO lorsqu'elles ressentent ces symptômes. »

Les bons réflexes à avoir
- Faire entretenir son système de chauffage par un professionnel
- Ne jamais utiliser de façon prolongée un chauffage d’appoint à combustion
- Ne jamais utiliser, pour se chauffer, des appareils non destinés à cet usage
- Ne jamais obstruer les grilles de ventilation
- Aérer quotidiennement son habitation
- Placer les groupes électrogènes à l’extérieur des bâtiments

En Auvergne-Rhône-Alpes en 2015
- 120 épisodes d’intoxications signalés à l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes en 2015
- 384 personnes intoxiquées dont 88 % transportées vers un service d'urgence
- 3 personnes décédées

> En savoir +

Au ski : précautions à prendre avant de se lancer sur les pistes

Face au nombre élevé d’accidents de sports d’hiver rencontrés dans la région, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes souhaite rappeler aux skieurs quelques mesures de prévention et faire le point sur le dispositif de soins qui leur est proposé en cas d’accident et de blessure.

Le bon réflexe = se préparer à l'effort
- Préparer sa condition physique
- Bien s’informer sur les conditions météo
- Adopter le bon équilibre alimentaire
- Penser à se protéger contre le soleil
- Porter un casque de protection

En cas d'accident et/ou de blessure les cabinets de montagne
Les cabinets de médecine générale implantés dans les stations de ski sont amenés à prendre en charge un grand nombre d’actes de traumatologie mais aussi d’urgences.
Attribué par l’ARS, le label « Cabinet de montagne » offre à ces structures la possibilité d’obtenir une aide financière pour moderniser leur offre de soins, notamment par l’acquisition de nouveaux équipements : appareils de radiologie, échographe, électrocardiogramme, matériel de suture et de stérilisation, oxygène, etc.

Chiffres clés 2015
En Auvergne-Rhône-Alpes, les cabinets de montagne...
- assurent 95 % des prises en charge liées à la traumatologie du ski ;
- traitent 30 à 40 % d'actes de traumatologie
- multiplient par 5 leur patientèle durant la saison hivernale.

> En savoir +